1. Political ecology de la conservation en Afrique

Séance 1 – Political ecology de la conservation en Afrique

Date – 22 novembre 2012 (10h30-12h30)

Lieu – Amphithéâtre de Paléontologie, galerie de paléontologie, MNHN, 2 rue Buffon, 75005 Paris.

***

  • Tor Benjaminsen (géographe et professeur des études de développement à l’Université norvégienne des sciences de la vie, professeur invité à l’UMR Eco-anthropologie et Ethnobiologie)
  • Gabrielle Bouleau (political ecology, Irstea, UR Aménités et dynamiques des espaces ruraux, Cestas)
  • Discutant : Denis Chartier (géographe, Université d’Orléans, Centre d’études sur le développement des territoires et de l’environnement)

***

Séminaire autour du livre Environnement, discours et pouvoir. L’approche political ecology (Denis Gautier et Tor Benjaminsen (dir.), 2012, Editions Quae, Paris).

A partir d’une étude de cas exposée dans l’ouvrage Environnement, discours et pouvoir, Tor Benjaminsen proposera une Political ecology de la conservation en Afrique. Il confrontera discours et pratiques pour montrer, à partir de l’exemple Tanzanien, les tensions existant entre des discours de conservation « gagnant-gagnant », portés par les gouvernements ou les ONG internationales (et mettant en avant la participation des populations locales aux politiques de conservation et aux bénéfices induits par les aires protégées), et des pratiques souvent plus proches d’une « conservation forteresse ». Si les ONG internationales ou les gouvernements ont souvent intérêt à présenter les aires protégées comme avantageuses pour les populations locales (pour étendre ces dernières, pour capter des ressources financières, pour attirer les investissements écotouristiques, etc.), le résultat de ces politiques de conservation peut conduire à des processus de centralisation (plutôt que l’inverse) ainsi qu’à une marginalisation économique des populations locales (plutôt qu’une atténuation de la misère). Au final, le manque de transparence et d’accountability qui prévaut dans ces politiques de conservation internationales pose un véritable problème démocratique, pour les pays africains, mais aussi pour les pays qui subventionnent ces politiques.

A partir d’autres exemples présentés dans l’ouvrage, Gabrielle Bouleau (une des auteurs de ce livre collectif) prolongera la discussion en montrant l’intérêt de la political ecology, approche qui « conduit à étudier comment les forces en présence à une échelle locale sont influencées par des structures globales (dont les discours font partie) », pour analyser les politiques de conservation de la biodiversité.

La communication de Tor Benjaminsen se fera en anglais, l’intervention de Gabrielle Bouleau et les débats se feront en français.

Laisser un commentaire

Savoirs, cultures et politiques de la biodiversité