3. Produire la faune sauvage

Séance 3 – Produire la faune sauvage : la conservation en Inde à l’ère de l’Anthropocène

Date – 13 décembre 2012 (10h30-12h30)

Lieu –  ISCC/CNRS, rez-de-chaussée, 20 rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris.

***

  • Paul Robbins. Paul Robbins est professeur et directeur du département Geography and Development de l’université d’Arizona (USA). Spécialiste reconnu dans le champ de la political ecology, ses recherches sont centrées sur les relations entre les individus (propriétaires de maisons, chasseurs, forestiers, etc.), les acteurs environnementaux (pelouses, élans, l’arbre Prosopis Juliflora, etc.) et les institutions qui les connectent. Il a récemment publié la seconde édition de son ouvrage Political Ecology. A Critical Introduction et co-édité avec Michael Watts et Richard Peet Global Political Ecology.
  • Discutante: Sarah Benabou (anthropologue, centre Alexandre Koyré).

***

A partir de recherches récentes dans la réserve Kumbhalgarh (Rajasthan, Inde) et du constat que les politiques de conservation de la nature représentent désormais un enchevêtrement de pratiques (préservation, participation, etc.), Paul Robbins se demande si les espaces environnementaux chaotiques et semi-anthropisés (tels que les réserves naturelles) peuvent être contrôlés de manière à protéger les espèces endémiques rares. Ses recherches révèlent que les espèces sauvages plus adaptées au non respect des règles de conservation ou au « pâturage illégal », tels que les loups, les panthères ou les pintades, ont prospéré là où d’autres ont décliné. Cela révèle un système écologique inédit constitué d’éléments sauvages et domestiqués entrelacés au sein d’un patchwork. Ce système n’est pas le produit d’une gestion planifiée mais le résultat de l’émergence spontanée et auto-organisée d’un modèle d’usage des territoires issue des luttes quotidiennes autour des ressources productives et au sein desquelles animaux, communautés locales et forestiers «débordés » parachèvent des compromis, des accords et des arrangements. Cela démontre que si les espèces naturelles ne peuvent pas être préservées, elles peuvent au moins être produites, avec des implications pour la démocratie et la durabilité de « nouvelles écologies ».

***

Producing wildlife: Conservation in India during the Anthropocene

As police-like enclosures have given way to participatory management only to be supplanted by a return to traditional conservation, the problem of making wildlife conservation work has only become more muddled. Conservation now represents a patchwork of new ecological systems and compromises. Can chaotic, semi-humanized environments be controlled to protect rare endemic species? Reviewing recent research at the Kumbhalgarh Wildlife Reserve in Rajasthan India, findings suggest that many wildlife species – those adapted to rule-breaking and illegal grazing, including wolves, panthers, and jungle fowl – have managed to thrive, while others have declined. The result is a novel ecological system constituted by wild and domesticated elements interwoven into a patchwork. This has not been a product of planned management, but instead the self-organizing pattern of land uses that emerge in the daily struggle for productive resources, within which animals, local people, and over-burdened foresters make do through a series of compromises, deals, and arrangements (locally: « jugar »). This suggests that while wildlife species cannot be preserved, they might instead be produced, with implications for both the sustainability and democracy of novel ecologies.

***

La présentation et les débats se tiendront en anglais.

Laisser un commentaire

Savoirs, cultures et politiques de la biodiversité