7. Gouverner l’environnement par les normes et les standards

Séance 7 – Gouverner l’environnement par les normes et les standards

Date – 28 mars 2013 (10h30-12h30)

Lieu – Amphithéâtre de Paléontologie, galerie de paléontologie, MNHN, 2 rue Buffon, 75005 Paris.

***

  • Emmanuelle Cheyns – CIRAD, UMR Moisa (Marchés, organisations, institutions et stratégies d’acteurs)
  • Allison Loconto – INRA-SenS / IFRIS / Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Eve Fouilleux – CNRS, CEPEL, Université de Montpellier I, associé à l’UMR Moisa CIRAD)
  • Discutant : David Demortain – INRA SenS / IFRIS / chercheur associé au centre for Analysis of Risk and Regulation de la London School of Economics

Cette séance du séminaire Gouverner le vivant est coorganisée avec l’IFRIS (Séminaire Normes, standards et leurs cycles de vie ).

***

Qu’est-ce qu’un « soja responsable », une « huile de palme durable », « une bonne pratique » ? Qui produit ces normes ? Par quels types de procédures ? Pourquoi ? Pour qui ?

Emmanuel Cheyns, à partir des outils de la sociologie des grandeurs (Thevenot et Boltanski), analyse les tables rondes multi-acteurs qui produisent les « standards volontaires » que les filières industrielles du soja et de l’huile de palme s’imposent à elles-mêmes pour se déclarer « durables » ou « socialement responsables ».
Allison Loconto et Eve Fouilleux décrient un acteur important de la standardisation des procédures édictant ces normes, l’alliance ISEAL. Elles montrent que le travail d’ISEAL est de fournir des procédures génériques légitimant les normes produites par ses membres et permettant le même type de labellisation à l’échelle mondiale dans l’objectif de refaçonner la globalisation. L’intérêt d’une telle sociologie est de décrire la standardisation des processus de production de normes sociales et environnementales, et de montrer que cette standardisation ne vise pas à définir le « bien commun » (à partir d’une expertise classique basée sur des données scientifiques et des pratiques d’acteurs), mais à agir rapidement sur les systèmes de production par l’engagement des participants à défendre les intérêts qu’ils représentent…

***

Nos invitées ont participé à la publication récente de:

Alphandéry P., Djama M., Fortier A., Fouilleux E.(dir.). 2012. Normaliser au nom du développement durable. Dispositifs, savoirs, politiques. Quae Editions, Paris.

Laisser un commentaire

Savoirs, cultures et politiques de la biodiversité